Aéroport, de Keflavik à Reykjavik

L’aéroport qui se trouve dans Reykjavik est limité aux vols nationaux et à quelques destinations proches comme le Groenland et les îles Féroé. Le trafic y est limité en raison des nuisances sonores et de la pollution. L’aéroport international est situé beaucoup plus loin, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Reykjavik. Son nom ? Keflavíkurflugvöllur. Pas facile à mémoriser, c’est pourquoi il est généralement appelé l’aéroport de Keflavik, du nom de la ville où il a été établi. Son indicatif, que l’on trouve sur les bagages, est KEF.

blog-islande-keflavik-01

Histoire de l'aéroport de Keflavik

L’aéroport a été construit par l’armée américaine qui occupait l’Islande pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a longtemps servi de pont pour les vols transatlantiques : à l’époque, il fallait se ravitailler en carburant pour être en mesure de parcourir de longues distances.
L’usage militaire de l’aéroport a perduré jusqu’en 1987, date à laquelle une zone a été définitivement donnée par l’armée américaine pour un usage civil. Elle est devenue le terminal Leifur Eiriksson, en hommage à l’explorateur islandais.
L’aéroport civil ne compte donc qu’un seul terminal, composé de l’aile nord d’origine, agrandie en 2007 et de l’aile sud ajoutée en 2001. La zone duty free est en travaux d’agrandissements jusque fin mai 2015.
blog-islande-keflavik-04

Rejoindre ou quitter l'aéroport de Keflavik

Faire le chemin de l’aéroport à Reyjavik à pied n’est pas envisageable, d’une part parce que la distance est grande, environ 50 kilomètres, d’autre part parce que la route 41 n’est pas prévue pour les piétons. Enfin les conditions météorologiques rendent l’aventure périlleuse.
Les transports en commun ? Il n’y en a pas, malheureusement. Les solutions pour se rendre de Keflavik à Reykjavik (et retour) sont des bus, opérés par deux sociétés, la voiture de location, le taxi, ou l’auto-stop…
blog-islande-keflavik-08

En autobus

Le trajet dure environ 45 minutes et les horaires sont généralement en fonction de ceux des vols en partance et à l’arrivée de Keflavik. Ce sont deux compagnies qui se partagent le business : flybus et Airport Express.
flybus propose un service normal qui part de l’aéroport et rallie le centre-ville. Ou plutôt l’aéroport national : il faut encore marcher un peu plus d’un kilomètre pour atteindre la mairie. Le prix de cette course est de 1950 ISK (13 €). Le service flybus+ vous dépose ou vous récupère au pied de la plupart des hôtels ou des maisons d’hôtes de la ville. La liste des endroits desservis est indiquée sur le site de flybus. Il est facturé 2500 ISK (17 €). Plus cher, donc mais aussi plus pratique.
Airport Express propose un service similaire, depuis les lieux de résidence, jusqu’à l’aéroport et retour. Le tarif est de 2400 ISK (16 €).
Quelle compagnie privilégier ? Difficile de dire, le service est comparable. C’est une bonne idée que d’étudier attentivement les horaires (et exceptions) publiés sur les sites web des deux sociétés.

En taxi

Plusieurs sociétés de taxis proposent de faire le trajet. L’avantage est d’éviter l’attente d’un bus (ils partent souvent 30 à 40 minutes après l’arrivée des avions) et d’être conduit directement à une adresse. L’inconvénient, c’est évidemment le prix : la course pour une à quatre personnes est d’environ 16 000 ISK (105 €). Intéressant quand on est 4, donc…
Il est prudent de réserver la course, au départ comme à l’arrivée. Si vous avez envie d’un peu de luxe tape-à-l’œil, vous pouvez faire appel à un service Limousine pour voyager dans un Hummer grand format (un peu ridicule), une Mercedes Classe S (business business). Ou des véhicules plus sympas comme une vieille Ford de 1934 ou une Buick de 1958… À partir de 22 800 ISK (150 €) jusqu’à… En fait, il n’y a pas de limite !
blog-islande-keflavik-03

Une voiture de location ou en stop ?

Si vous avez décidé de louer une voiture pour votre séjour en Islande, sachez que la plupart des sociétés ont un point de départ et de retour à l’aéroport. Les principales sociétés sont représentées, Avis, Budget, Sixt, Thrifty, Alamo, accompagnées par de petites structures qui proposent parfois des prix intéressants.
La pratique de l'auto-stop est autorisée en Islande, elle est d’ailleurs considérée comme très sûre. Plus la météo sera mauvaise, et plus vous aurez de chances d’être pris rapidement ! Mais vous risquez aussi de patienter assez longtemps, voire d'être obligé de marcher sur le bas-côté de la route qui mène à l’aéroport. Attention, elle est creusée dans un champ de lave sur sa plus grande partie, les bords sont difficilement praticables est la roche dévastatrice pour les chaussures…
blog-islande-keflavik-07


Mes solutions pour quitter/rejoindre Keflavik
Consulter le site de l'aéroport de Keflavik et télécharger le plan
Réserver un taxi auprès des compagnies de taxi recommandées par l'aéroport
Comparer les sociétés d'autobus flybus et Airport Express
Privilégier le luxe avec Ice Limo Luxury Travel

© photo principale : Frédéric Botton ; © photos texte : Frédéric Botton, Isabelle Compoint, Hansueli Krapf

  • Brigitte Desjardins

    Il me semble qu’il y a du transport en commun ? Non ?

    La 55 qui va de l’aéroport jusqu’à Reykjavik.

    Est-ce que vous pouvez me confirmer cela ?

    Merci.

    • Fred

      Oui, c’est bien le bus 55, il met environ 1h20 pour faire le trajet…

  • Natacha Guyon Anderson

    Bonjour, j’ai entendu parler de tours à énergie écologique au sein de l’aéroport, conçues par un certain Ollie quelque chose. C’est lui même qui m’en a parlé lorsque nous avons fait connaissance lors d’un vol de Klefavik vers San Francisco, mais j’ai oublié les détails. Auriez-vous des précisions?