La beauté du Jökulsárlón

La traduction littérale de Jökulsárlón est « réservoir du glacier ». Il s’agit d’une étendue d’eau créée par la fonte du glacier Vatnajökull, cette immense calotte glaciaire qui se trouve au sud de l’Islande. Sa profondeur maximale est estimée à un peu plus de 250 mètres, avec une largeur de 1500 mètres. Le lac semble là depuis la nuit des temps… et pourtant !

Réchauffement climatique ?

Les glaciers alpins ne sont pas les seuls à régresser rapidement, le Vatnajökull diminue en épaisseur et en longueur. À tel point que le Jökulsárlón est très récent : il est apparu juste avant la Seconde Guerre mondiale, vers 1935.
À cette époque, le Vatnajökull aboutissait directement dans la mer ! Sa fonte a créé ce bassin d’eau douce, qui communique directement avec la mer. Des pans de glacier se brisent et tombent dans le Jökulsárlón, créant des blocs de glace plus ou moins imposants qui partent à la dérive. La physique des fluides les guide vers les bords du lac, et vers le petit chenal qui s’ouvre sur la mer.

 

blog-islande-jokulsarlon-04

Piège à touristes ?

Le bord sud du Jökulsárlón est accessible par la route 1 qui fait le tour de l’Islande. L’endroit est l’un des rares spots islandais où les touristes sont accueillis avec une infrastructure. N’allez pas en déduire qu’on se trouve dans un parc d’attraction : l’endroit propose un grand parking, une cafétéria et une boutique de souvenirs. Rien de plus.
C’est probablement cette boutique qui vaut à l’endroit sa réputation de piège à touristes. Pourtant nous sommes bien loin de Disneyland, les infrastructures sont modestes et bien intégrées. Le lieu est resté sauvage, propice aux randonnées au bord du lac, dans un décor superbe.

 

blog-islande-jokulsarlon-05

Promenade en bateau ?

Les icebergs et les blocs de glace s’approchent des berges du lac, mais ils sont maintenus à distance pour une raison toute simple : ils s’enfoncent profondément dans l’eau, leur partie immergée ne représentant que 10 % environ de leur volume total. Pour les voir de près, il faut se poster près du pont qui passe au-dessus du chenal ouvrant sur la mer. Ou emprunter le bateau qui part naviguer entre les blocs de glace jusqu’à approcher les pans verticaux du glacier Vatnajökull. C’est à vrai dire un engin amphibie, avec une coque mais aussi des roues.
La balade n’est pas très chère – comptez 4500 couronnes (30 €) pour les adultes, 1000 couronnes (6,5 €) pour les moins de 12 ans et gratuit pour les moins de 6 ans. Elle vaut le coup, même si le moteur est un peu bruyant. Car s'approcher des blocs de glace qui dérivent lentement est une expérience impressionnante. Espérons que le bateau soit un jour remplacé par un engin électrique ! Des balades en bateau pneumatique sont aussi organisées...

 

blog-islande-jokulsarlon-06

Balade à pied

Si vous préférez vous écarter de l’animation qui règne près de la cafétéria et de la boutique, suivez l’un des chemins qui longent le lac, jusqu’à approcher du glacier – la balade prend plusieurs heures. Vous ne pourrez pas faire le tour du Jökulsárlón, les pans de glace instables constituent des obstacles infranchissables.
Vous y verrez à coup sûr des oiseaux qui se chamaillent du poisson dans les eaux du lac et, avec un peu de chance, des phoques postés sur des icebergs. Ils ont l’air de prendre le soleil, mais l’attitude est celle de prédateurs qui attendent de palme ferme le passage de bancs de poissons.

 

blog-islande-jokulsarlon-01

Time-lapse

Si vous avez le temps de faire une pause de quelques heures en bordure du lac, vous pouvez essayer de réaliser une vidéo en time-lapse. Le principe de cette technique est simple : il consiste à prendre des photos à intervalles réguliers, entre quelques secondes et quelques minutes. Ensuite, tous les clichés sont rassemblés pour produire une vidéo accélérée.
Autant les icebergs semblent presque immobiles à l’œil nu, autant ils s’animent de manière étonnante lorsque leur mouvement est accéléré. On voit même l’influence de la marée quand elle monte et redescend. Certains appareils photos sont dotés d’une fonction time-lapse, ou simplement d’un mode de déclenchement automatique des prises de vues (il faut dans ce cas s'armer d'un logiciel spécialisé). Mais le plus simple consiste à utiliser un smartphone : l’iPhone dispose de cette fonction, appelée "accéléré". Pour les mobiles Android, il suffit de télécharger une application, il en existe des dizaines !

Une vidéo time-lapse avec l'effet de la marée

© photo principale : Molechaser ; © photos texte : Superbass, Leon Petrosyan et Jokulsarlon EHF