Conduire en Islande

La location est un sport nécessaire en Islande, un peu cher par rapport aux prix pratiqués en Europe. En revanche, vous avez l’embarras du choix, depuis la petite citadine au 4x4 à l’américaine en passant par le camping-car. Tout est une question de budget… et des routes que vous comptez parcourir.

Il est également possible de venir avec son propre véhicule, en empruntant un ferry qui relie l’Islande et le Danemark. Attention, le port d’arrivée est généralement Hirtshals – Sedisfjordur à l’est de l’île. C’est-à-dire à plusieurs centaines de kilomètres de Reykjavik (qui se trouve à l’ouest) et d’Akureyri (qui se trouve au nord).

blog-islande-routes-03

La route n°1

Elle fait le tour du pays ! Goudronnée et très bien entretenue, elle a été pensée de telle manière qu’elle soit carrossable par tous types de véhicules. Là où les éléments se déchainent parfois, comme dans la plaine alluvionnaire au pied du Vatnajökull célèbre pour ses jokulhaups, la route est surélevée par une digue et passe par un pont métallique. Il a été plusieurs fois emporté, mais puisque la route n°1 est primordiale dans les déplacements en Islande, il a été reconstruit rapidement.

 

blog-islande-routes-08
La route n°1 avec un décor apocalyptique, celui de l'Eyjafjallajökull en éruption.

Les autres routes ?

Leur état est très variable. Certaines routes sont goudronnées et larges, puis deviennent un chemin fait de scories coupantes. Autant que possible, il est recommandé de regarder avec Google Maps et sa fonction Street View si l’itinéraire que vous voulez emprunter est praticable avec votre véhicule.

Par exemple, dans la péninsule de Reykjanes, à 30 kilomètres de Reykjavik à peine, la route qui mène au lac de Kleifarvatn passe d’un goudron qui donne l’impression de rouler sur du velours à une piste de roches traitres. L’emprunter avec une citadine est possible, mais déconseillé. Important : les routes notées F sont réservées aux 4x4.

 

blog-islande-routes-06

Les conditions météo

Le froid, la neige et le verglas sont à prendre en compte pour tous les déplacements : ils sont susceptibles de rendre la conduite difficile, surtout avec une petite voiture ou un camping-car. A savoir : plus la météo est médiocre, moins vous allez rencontrer de monde sur la route.

Si vous comptez rouler beaucoup en hiver, pensez à avoir des couvertures de survie dans le coffre, vérifiez que le cric et la roue de secours sont présents, ainsi que les câbles pour brancher la batterie. Commet connaitre l’état des routes ? Le site Vegagerdin recense toutes les fermetures, conditions difficiles, et permet d’accéder à plusieurs dizaines de webcams routières.

 

blog-islande-routes-09

En pratique

En Islande, on roule à droite, et les voitures sont majoritairement avec embrayage – seules celles haut de gamme offrent une boîte automatique. Le permis de conduire français y est reconnu. Attention, il faut 20 ans pour louer une voiture et, selon les loueurs, 25 ans pour un 4x4. La ceinture de sécurité est obligatoire à l’avant et à l’arrière, les feux de croisement doivent être allumés de jour comme de nuit, la vitesse est limitée à 90 km/h sur les route goudronnées, à 80 km/h sur les pistes, et à 50 km/h (parfois moins) dans les agglomérations.

Il y a de plus en plus de radars automatiques sur les routes d’Islande. Ne vous laissez pas surprendre par un réservoir vide, les stations-service sont parfois un peu éloignées les unes des autres. Attention, les assurances ne couvrent pas, sauf mention contraire, les accidents sur les routes notées F, les pistes 35 et 550 aini que les passages de gués.

 

blog-islande-routes-02

La signalisation

Elle est principalement basée sur des pictogrammes proches de ceux employés en France. Le fond blanc des panneaux de danger (triangles rouges) et d’interdiction (ronds rouges) est remplacé en Islande par du jaune. Une page wikipedia recense tous les types de panneaux.

Quelques mots qu’il est préférable de mémoriser ? « Blindhæð » et « Blindhæðir » indiquent que la route est sans visibilité, généralement au sommet d’une côte. « Malbik Endar » signifie que la route goudronnée s’arrête pour devenir une piste, et qu’il est impératif de ralentir. « Einbreið Brú » vous enjoint à céder le passage à l’approche d’un rétrécissement ou d’un pont. C’est le véhicule le plus proche de l’obstacle qui a la priorité de passage. « Obrúadar ár » signifie rivière à gué. Attention, à cet endroit, le 4x4 est obligatoire…

 

blog-islande-routes-04

Deux sites pour rouler en Islande

Vegagerdin pour tout savoir de la météo et des fermetures de routes
Wikipedia pour tous les panneaux à connaitre


© photo principale : Frédéric Botton ; © photo texte : Isabelle Compoint, Frédéric Botton et Google Maps