Heimaey, le chaudron

L’île de Heimaey se trouve à 12 km des côtes sud de l’Islande, à environ 110 km au sud-est de Reykjavik. Sa particularité ? Elle se trouve dans l’archipel des îles de Vestmann, qui s’est enrichie de l’île de Surtsey entre 1963 et 1967, et se trouve dans le prolongement des volcans islandais que sont le Helka ou l’Eyjafjallajökull (qui est à moins de 40 kilomètres à vol d’oiseau).

Avant 1973, on trouvait sur l'île le volcan Helgafell inactif depuis 6000 ans, la ville de Heimaey qui comptait plus de 5000 âmes, un important port de pêche et un aéroport. La nuit du lundi 22 au 23 janvier 1973, la population est réveillée par des secousses sismiques faibles, puis par un vacarme assourdissant !

Une fissure s’est ouverte sur le flanc est de l’Helgafell. Elle atteint 2 kilomètres en quelques heures, avec près de 20 cratères crachant des pierres ponces incandescentes. La ville de Heimaey n’est qu’à quelques centaines de mètres du rideau de feu…

 

blog-islande-heimdaey-09

Evacuation

L’alerte est donnée dès le début des événements, vers 2h du matin. Le Service de la Défense Civile d’Islande déclare la zone sinistrée et organise l’évacuation de l’île. Situé à environ 1 kilomètre de la fissure, l’aéroport reste heureusement praticable.

La population quitte l’île à bord de 70 bateaux qui font la navette avec le port de Þorlákshöfn à une trentaine de kilomètres, ainsi que des avions américains et islandais qui déposent la population sur la base militaire américaine de Keflavik. L’organisation est efficace puisqu’il ne reste plus que 500 personnes à 8h du matin, 6 heures après le début de l’éruption.

 

blog-islande-heimdaey-06

Coulées de lave

Les projections de lave ne faiblissent pas, la fissure est ornée d’un rideau de feu qui fait le bonheur des photographes. Les habitants de Heimaey sont moins enthousiastes puisque les projections de scories atteignent la ville au gré des changements de vent. La cendre commence à recouvrir les habitations.

Les jours suivants, la fissure s’agrandit pour atteindre la mer sur le côté nord-est de l’île. Dès le jeudi, les projections de lave donnent naissance à un nouveau cône situé à 600 mètres de l’Helgafell. Il est secoué par de grosses explosions, et un important flot de lave s’en échappe. Des maisons prennent feu, touchées par des bombes incandescentes. Les moutons et les stocks de poissons, qui constituent la richesse de l’île, sont évacués à leur tour. Mais les bovins sont abattus sur place et transportés en Islande.

 

blog-islande-heimdaey-03

Naissance de l’Eldfell

Le cône nouvellement créé est baptisé l’Eldfell, qui signifie « la montagne de feu ». C’est une nouveau volcan qui atteint 100 mètres de haut. Il déverse un flot de lave qui descend vers la mer et se solidifie. Mais la lave s’approche dangereusement du côté est de la ville, près du port. Les autorités envisagent un temps de bombarder le flanc du volcan pour dévier la coulée de lave, mais la solution est abandonnée.

Les maisons sont menacées par la couche de cendres qui atteint plusieurs mètres dès le samedi, puis par des pluies de roches incandescentes qui enflamment les toits. Ce qui n’empêche pas les équipes de secours de tenter de protéger les maisons en les fermant avec des tôles, et en éteignant les incendies qui se déclarent. Le dimanche, l’éruption baisse en intensité… Mais les ennuis ne sont pas terminés, et une éruption sous-marine prive Heimaey de courant.

blog-islande-heimdaey-07

Combattre la lave

Les coulées de lave continuent à dévaler inexorablement les pentes de l’Eldfell, augmentant la taille de l’île qui gagne 800 mètres sur la mer. Elles finissent par rejoindre la ville après 2 semaines d’éruption. Les autorités décident de la combattre avec de l’eau pompée dans le port pour refroidir les bords de la coulée. 200 degrés de moins (sur les 1030 degrés de la lave à cet endroit) suffisent à former une croûte qui dévie la coulée et l’empêche de détruire le port. Les moyens déployés ? 30 kilomètres de tuyaux et 43 pompes pour projeter 6 millions de mètres cubes d’eau.

Les dernières explosions et coulées se produisent fin juin, et l’éruption s’arrête définitivement le 28 juin après 157 jours. Au final, plus de 400 maisons sont détruites, incendiées, broyées par des coulées de lave ou écrasées sous le poids de la cendre, mais le port est sauvé. L’Eldfell se dresse à 200 mètres d’altitude, dominant la nouvelle partie de l’île, qui a gagné 15 % de surface.

 

blog-islande-heimdaey-04

Le bilan

Cette éruption a montré le sang-froid des habitants et des équipes de sauvetage, qui ne se trouvaient qu’à quelques centaines de mètres de la fissure, souvent sous les projections de matière en fusion. C’était la première fois qu’une coulée de lave a été déviée pour éviter de détruire les installations humaines. Les vapeurs toxiques ont causé la mort d’un sauveteur, la seule qui ait été déplorée pendant toute la durée de l’éruption.

L’activité économique de la ville a pu reprendre très rapidement, même si la population a été amputée d’un cinquième, certains habitants s’étant résolus à partir vivre ailleurs, à bonne distance d’un monstre au sommeil trop léger…

 

blog-islande-heimdaey-05

Peut-on visiter Heimdaey ?

Oui, l’île est reliée au continent par un ferry depuis le port de Landeyjahöfn. Il faut compter entre 30 et 45 minutes de navigation, 1260 couronnes par personnes (8,5 €), 630 couronnes (4,5 €) pour les enfants de 12 à 15, 2030 couronnes (14 €) par voiture. C’est gratuit pour les moins de 12 ans.

Attention, les conditions météorologiques sont parfois difficiles sur la côte sud de l’Islande, à tel point que les liaisons sont susceptibles d’être interrompues. Il arrive parfois que le port de Landeyjahöfn soit fermé – c’était le cas en avril 2015 et pour une durée indéterminée -, les bateaux partent alors de Þorlakshöfn, mais les dates sont à vérifier, la traversée est plus longue et un peu plus chère.

 

blog-islande-heimdaey-12

Ca vaut le coup d’y aller ?

Oui, l’île est impressionnante avec des falaises qui plongent à pic dans la mer, sortes de couches de crème qui montrent comment le relief s’est formé. La ville de Heimdaey n’a pas grand intérêt, mais il est possible d’aller gravir les 200 mètres de l’Eldfell. On y profite d’un panorama sur toute l’île, qui montre à quel point la ville était vulnérable.

On ressent aussi le fait qu’on l’on se trouve sur un chaudron qui se réveillera à nouveau, tôt ou tard : le sol est chaud, très chaud par endroits. Se balader au centre du cratère est l’assurance de ressentir l’insécurité de l’endroit. Un tour en bateau est l'occasion de découvrir un rocher qui évoque la silhouette d'un éléphant, petit tour de magie de la nature...

 

blog-islande-heimdaey-13

Aller sur Heimdaey
La compagnie Eimskip
Le site VisitWestmanIslands

© photo principale : Gunnar Siggernen; © photos texte : Gunnar Siggernen, VisitWestmanIslands