La cascade d’Aldeyjarfoss

Pour rejoindre Aldeyjarfoss, il faut profiter d’un passage dans le nord de l’Islande, à Akureyri par exemple. Car Reykjavik est loin, à près de 450 kilomètres. Le déplacement depuis Akureyri ne sera pas vain : l’itinéraire passe par les chutes de Godafoss. A ne surtout pas manquer !

Le départ se fait comme toujours par la route n°1, celle qui fait le tour de l’Islande. La route part vers l’est depuis Akureyri puis longe le fjord vers le nord avant de bifurquer vers l’est à nouveau pour traverser des collines. Elle passe sur le lac Ljosavatn pour conduire aux chutes de Godafoss.

Mais ce n’est pas ce qui nous intéresse. Prenez la route 844 qui longe la rivière Skjálfandafljót sur sa rive est. Elle bifurque sur la droite, empruntant un pont à haubans jeté au-dessus de la rivière. Attention, ne continuez pas tout droit sur la route 843, il n’y a plus d’endroit pour traverser la rivière.

blog-islande-Aldeyjarfoss-05

Un peu perdu…

Après le pont, tournez à gauche sur la route 842, et roulez jusqu’à trouver la bifurcation vers la route F26, sur la gauche juste avant la ferme Mýri. Encore quelques kilomètres et vous atteignez le petit parking à deux pas de la cascade. Au milieu de nulle part !

C’est, comme pour les chutes de Godafoss, la rivière Skjálfandafljót qui est précipitée de plusieurs dizaines de mètres de hauteur. 20 pour être précis, ce qui ne classe pas ces chutes parmi les plus hautes d’Islande. Mais elles se révèlent très impressionnantes…

 

blog-islande-Aldeyjarfoss-02

Un bassin basaltique

L’endroit est une cavité naturelle entourée de colonnes de basalte. Les mêmes que celles qui forment la fameuse chaussée des Géants en Irlande du Nord. Elles ressemblent aussi à de gigantesques orgues qui plongent dans le bassin d’eaux tumultueuses. Pas question d’aller s’y baigner, et ce n’est pas uniquement parce que la température est très basse – l’eau provient de la fonte des neiges du Vatnajökull.

Le bouillonnement de l’eau, qui rend la surface blanche écumeuse et s’accompagne d’un grondement impressionnant, ne laisse pas espérer y piquer une tête. Mais certains sportifs passionnés par les défis se mesurent régulièrement aux éléments : ils descendent la rivière Skjálfandafljót en kayak jusqu’aux chutes, qu’ils n’hésitent pas à franchir !

 

blog-islande-Aldeyjarfoss-07

Un peu d’histoire ?

Si la chaussée des Géants est vieille de 50 millions d’années, le bassin d’Aldeyjarfoss est beaucoup plus récent. Probablement moins de 10 000 ans. A notre échelle, c’était il y a longtemps, mais à celle de la planète, c’était il y a deux minutes à peine.

L’endroit est un champ de lave lamellaire, un apalhraun en islandais. Son nom exact est Suðurárhraun. L’eau a trouvé son chemin, tant bien que mal dans la roche, creusant les parties les plus tendres.

 

blog-islande-Aldeyjarfoss-03

Pose courte…

Le décor grandiose permet de réussir des clichés exceptionnels – il suffit de taquiner un peu la chance en venant au coucher du soleil, après une chute de neige, ou lorsque le ciel est tourmenté. Si vous désirez aller un peu plus loin, il vous faut un appareil photo capable de gérer la vitesse d’obturation. Le paramètre « S » dans les réglages.

Pour montrer la force des éléments, il faut une pose courte. Comme la photo est prise très rapidement, les éléments rapides sont figés : on voit chaque goutte d’eau comme si elle était suspendue dans les airs, et la masse bouillante est hérissée de crêtes menaçantes.

 

blog-islande-Aldeyjarfoss-01

Ou pose longue ?

Laisser l’appareil photo prendre son cliché plus longtemps permet de changer l’ambiance. L’eau devient substance laiteuse, étoilée quand on la saisit depuis le haut des falaises, avec des filaments blancs et longs quand on descend la prendre depuis le bord du bassin. Lorsqu’il fait très froid, la cascade se fige partiellement : c’est une chance que se pouvoir assister à ce spectacle !

Le débit de la cascade est assez constant, en hiver comme en été. Pourtant, lorsque la neige fond beaucoup, le rideau de la cascade s’épaissit et de mini chutes apparaissent juste à côté. L’eau est parfois blanche d’écume, bleue lorsque la cascade est moins puissante, ou brune menaçante après quelques jours de fonte des neiges. De quoi donner envie d’y retourner plusieurs fois !

 

blog-islande-Aldeyjarfoss-04

© photo principale : Redação ; © photos texte : Nonni, Synnatschke, Martin Ystenes, oneeyevision, thorarinn, Desre Tate