La piscine de Seljavallalaug

La découverte de l’Islande passe généralement par une visite des cascades du sud de l’île, le long de la route n°1. Faute de temps, faute de le savoir aussi, la balade au pas de course est l’assurance de passer à côté d'endroits étonnants. Comme cette piscine chaude de Seljavallalaug, qui s’enorgueillit d’être la plus ancienne d’Islande. Et pourtant, des bains chauds, dans le pays, ce n’est pas ce qui manque !

Pour aller à la rencontre de la piscine, en partant de Reykjavik, il suffit de suivre la route n°1 vers le sud sur un peu moins de 150 kilomètres. Comptez deux bonnes heures de route si vous ne vous arrêtez pas. Il faut tourner à gauche sur la route 242, en direction de Raufarfell, juste avant d’arriver à la cascade de Skogarfoss.

On se trouve ici à flanc de montagne, ou plutôt à flanc de volcan : c’est le célèbre Eyjafjallajökull qui domine. La route 242 tourne tout de suite vers la droite, mais il faut continuer tout droit. Pas de souci avec une voiture citadine, la voie est goudronnée jusqu’à un parking.

 

blog-islande-seljavallalaug-03

Ensuite ?

Ensuite il faut continuer à pied. La marche n’est pas difficile, mais ça grimpe un peu, le long de la rivière… qu’il faut traverser à gué. Une formalité quand le débit est faible, en été ou en hiver, mais elle peut se transformer en torrent tumultueux au printemps quand la neige fond. Il faut être prêt à se mouiller un peu. L’eau est fraîche, très fraîche ! Il faut entre 15 et 30 minutes de marche selon votre forme pour accéder à la piscine.

L’endroit est sauvage, rocailleux avec un peu de verdure qui s’accroche où elle peut. Il arrive souvent que le plafond nuageux soit très bas, emprisonné dans les flancs du volcan. Si le ciel est dégagé, le spectacle est grandiose. Dans les nuages ? Ce n’est pas bien grave, on dira qu’il s’agit d’un gigantesque hammam à ciel ouvert - mais un peu frais !

 

blog-islande-seljavallalaug-01

L’histoire…

On raconte que la piscine a été creusée en 1923 par un islandais professeur d’éducation physique, avec l’aide de locaux à qui il avait promis d’apprendre à nager en guise de récompense. Elle est alimentée par une source d’eau chaude, pour des températures de 30 à 34°. C’est beaucoup plus chaud que les bains auxquels nous sommes habitués, notamment le Blue Lagoon.

L’un des flancs est percé dans la montagne, les trois autres sont faits d’un petit muret. L’éruption de l’Eyjafjallajökull en 2010 avait rempli le bassin de cendres, venues à la fois par les airs et dans l’eau de la rivière. Il a fallu une bonne année et des travaux pour que le bassin soit nettoyé.

 

En 2010, la piscine remplie d'une vase faite de cendres volcaniques.
En 2010, la piscine remplie d'une vase faite de cendres volcaniques.

Ses dimensions ?

La piscine mesure 28 mètres de long, ce qui permet de faire des longueurs même si la piscine n’est pas très profonde - on n’y a toutefois pas pied partout. Elle mesure 10 mètres de large, ce qui laisse la place pour barboter. A vrai dire, avec plus de 30°, on hésite à se lancer dans des exploits sportifs.

Attention, le côté à flanc de montagne comporte des aspérités qu’on ne voit pas toujours, malgré une rénovation du bassin qui a été pratiquée dans les années 1990. Une petite construction, toujours ouverte, permet de se changer… mais de nombreux visiteurs préfèrent rester sur le bord et profiter du décor !

 

blog-islande-seljavallalaug-05

© photo principale : Sigurdur Bjorgvinsson © photos texte : Sigurdur Bjorgvinsson, Gunnar Totjerson, Frédéric Botton
  • Driss

    J’ai eu la chance d’y aller. Même au printemps, le vent de face était bien frais tout comme l’eau en fait. Mais comment ne pas piquer une tête. Le plus compliqué c’est d’en sortir avec un vent glacial et le bâtiment délabré qui n’a de vestiaire que le nom. Un conseil, prenez un carton ou quelque chose pour poser vos affaires sur le sol. Le lieu est magique, perdu dans la petite vallée, il y a de forte chance que vous nagiez seul