Laufskálar, porte-bonheur !

La route n°1 traverse le Mýrdalssandur, une immense étendue désespérément plate faite de sédiments que les éruptions successives du volcan Katla ont déversés lors de furieux jökulhlaups, des inondations qui charrient des roches et de la glace. Pourtant, les monticules ne ressemblent pas aux concrétions de lave figée comme celles de Dimmu Borgir par exemple.

La main de l’homme

La nature n’est responsable qu’en partie de la spécificité de cet endroit. Ici se trouvait une ferme, semble-t-il la plus grande du pays puisqu’elle est mentionnée dans plusieurs textes anciens. En 894, le volcan Katla entre en éruption.

Situé à une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau, il envoie des coulées de lave sur ses flancs qui continuent leur progression dans la plaine. La ferme de Laufskálar est entièrement ensevelie par des coulées de lave successives. Est-ce la raison pour laquelle s’est formé un monticule ? Ce n’est pas certain.

blog-islande-cairn-04

Croyances…

La légende veut que les voyageurs qui passent par le monticule de Laufskálar érigent un petit cairn pour que la suite de leur périple se passe bien. Un cairn, c’est un petit tas de pierres. Les légendes ont la vie dure, puisqu’au fil des siècles ont été construits des centaines de cairns, plus ou moins imposants.

Le manque de pierres à cet endroit – le sol est recouvert d’une couche épaisse de mousse – a conduit les voyageurs à cannibaliser les autres cairns. A tel point que les Ponts et Chaussées islandais apportent régulièrement de nouveaux cailloux sur place !

blog-islande-cairn-02
Crédit photos : Frédéric Botton et Isabelle Compoint