Le cratère de Eldborg

Oui, il est possible d’y monter pour découvrir son cratère. Pour profiter, aussi et surtout, d‘une superbe vue à 360° sur la partie sud-est de la péninsule de Snaefellsnes. L’accès se fait par la route 54 qui traverse la péninsule. Un panneau indique la ferme équestre de Snorrastaðir…

blog-islande-eldborg-04
Petite randonnée…

L’Eldborg ne s’approche pas en voiture, ni avec d’autres moyens de locomotion : il faut une marche d’une bonne heure pour y accéder. La ferme de Snorrastaðir, avec son camping, est parfaite pour laisser la voiture – ce n’est pas la place qui manque. Mieux vaut avoir de bonnes chaussures pour se lancer à l’attaque de l’Eldborg.

La première partie de la marche suit la petite rivière, où vous ne manquerez pas de croiser des moutons, et où vous pourrez observer des oiseaux, beaucoup d’oiseaux. Une fois passée la petite échelle qui empêche le bétail de se sauver, vous traversez une étendue de lave où la végétation a poussé, sous la forme de petits arbustes.

blog-islande-eldborg-01

Un petit air de Mordor

Les flancs rouges de l’Eldborg sont abrupts, et montent jusqu’à 60 mètres au-dessus de la plaine. La montée dans les éboulis n’est pas difficile, mais les derniers mètres sont un peu plus raides et glissants. Il ne faut pas hésiter à empoigner les cordes et les pitons qui ont été plantés pour faciliter la progression. Une plate-forme qui domine le cratère permet de reprendre son souffle…

Le cratère, d’un diamètre de 200 mètres environ, plonge à 50 mètres vers le bas. Il est possible d’y descendre, mais le vrai spectacle est au sommet. La vue panoramique de ma visite en 2016 se trouve ici. La vue sur la plaine est tout simplement exceptionnelle ! Eldborg, qui signifie forteresse de feu, est âgé de 5000 ans environ – un petit jeune parmi les volcans islandais. Il doit sa couleur rouge à des émissions de laves basaltiques très fluides. Il est désormais calme : on estime ses derniers soubresauts à environ -7500 ans avant JC.

blog-islande-eldborg-02
Crédits photos : Isabelle Compoint. Panoramique : Frédéric Botton