Le jardin de Skrúdur, au milieu de nulle part

Dans le nord-ouest de l’Islande, il ne pousse pas grand-chose sur les anciennes coulées de lave, à part un peu de lichen. Pourtant, quand on loge le Dýrafjörður, on aperçoit un petit bois. On en rencontre souvent à proximité des fermes, les arbres servant de coupe-vent. Mais celui-ci est plus fourni que les autres...

Il s’agit du jardin de Skrúdur, ouvert le 7 août 1909 ! Quelques années, plus tôt, le révérend Sigtryggur Guðlaugsson et son frère Kristinn avaient ouvert une école destinée aux habitants de la région (pas uniquement pour les enfants), pour les aider à vivre dans cet endroit reculé et inhospitalier.

L’un des objectifs principaux était de réussir à développer une agriculture pour ne pas dépendre de livraisons bien trop aléatoires. Le jardin de Skrúdur a été imaginé pour illustrer les cours.

Habiter ici ?

Sigtryggur Guðlaugsson et sa femme se sont installés définitivement juste à côté pour faire la démonstration du bien-fondé de leur enseignement. Ils ont montré qu’il était possible de cultiver des légumes dans une région où rien ne pousse naturellement, simplement en agençant les plantes pour constituer un environnement agricole.

Le jardin a été entretenu jusque dans les années 1980, puis a été laissé à l’abandon. A partir de 1992, une restauration a été entreprise pour redonner à l’endroit sa splendeur passée. Il a été réouvert au public en 1996, et un mémorial en souvenir de Sigtryggur Guðlaugsson et sa femme a été inauguré. Il a depuis gagné des prix dans le domaine de l’horticulture.

Y aller ?

Le jardin de Skrúdur se situe juste en face de la petite ville de Þingeyri. Il faut contourner le fjord vers l’est puis le nord-ouest sur la route 60, puis emprunter la route 624 en direction de Núpur.

Le jardin se trouve sur la droite, au bout d’une petite route qui se termine par un parking. Une grande porte blanche marque l’entrée du jardin. Derrière se trouve une maxime qui signifie « l’homme sème et plante, Dieu donne des fruits ».

A l’intérieur

Les allées sont riches en plantes, presque toutes décrites par de petits panneaux. Un endroit étonnant, que vous visiterez peut-être seul. Bizarre sensation que de se balader seul dans un parc où l’on attendrait à croiser des enfants qui jouent, des chiens qui courent, des promeneurs.

Deux immenses os de baleine forment un portique. Au milieu du jardin se trouve une maisonnette qui permet de se réchauffer. Là travaillait Sigtryggur Guðlaugsson. On peut consulter des photos au mur, des plans anciens, et des documents sur l’historie du jardin.