Le musée phallologique !

La définition ? On la trouve sur le site du musée : « la phallologie est une science jeune, elle n'a pas plus de vingt-cinq ans, et a été jusqu'ici délaissée en Islande. Elle n'a été jusqu'à présent que l'appendice d'autres domaines comme l'Histoire, l'Esthétique, la Psychologie, la Littérature et d'activités artistiques comme la Musique et le Ballet ». L’appendice ? Nous y voilà !

Dans le musée phallologique, on trouve plus de 280 pénis, conservés dans du formol, qui ont appartenu à des mammifères ayant vécu en Islande. Les phoques et les morses sont les plus représentés, suivis de près par les cétacés. Tous les mammifères du pays y sont présents, sans exception.

blog-islande-museephallo-03

Sans exception ?

Oui. Même un exemplaire humain. L’attribut de Pall Arason y figure en bonne place, depuis la mort de son propriétaire en 2011, à l’âge respectable de 95 ans. Il avait promis de faire un don au créateur du musée, Sigurdur Hjartarson. il a tenu parole ! Malheureusement, le prélèvement ne s’est pas déroulé de manière satisfaisante, à la plus grande déception du créateur du musée. Mais cette pièce est la première d’une série de quatre, d’autres promesses de dons ayant été faites du vivant de leurs donneurs…

Après 37 ans passés dans l’enseignement de l’histoire et de l’espagnol à Reykjavik, Sigurdur Hjartarson s’est pris de passion pour les pénis, entrainant malgré lui sa famille dans sa quête un peu farfelue. Sa fille, Þorgerður, a expliqué à quel point elle s’était sentie embarrassée à expliquer comment et pourquoi elle était venue faire une collecte d’organes dans un abattoir, à la demande de son père…

blog-islande-museephallo-02

Aller-retour & Reykjavik

La collection a été hébergée dans les locaux de l’école de Sigurdur Hjartarson, à sa création en 1997. Elle est ensuite partie à Húsavík, dans le nord de l’Islande, accompagnant son créateur. C’est son fils, Hjörtur Gísli Sigurðsson, qui a pris la relève en 2012. Le musée est revenu s’installer à Reykjavik pour optimiser sa fréquentation.

Les journalistes politiques y ont vu un nouvel indice d’une plus grande ouverture d’esprit des islandais, accompagnant l’élection de l’excentrique Jón Gnarr à la mairie de Reyjavik. Un riche allemand a offert 30 millions de couronnes islandaises (186 000 €) pour racheter le musée, mais l’offre a été déclinée par Hjörtur Gísli Sigurðsson, qui entend le conserver en Islande.

Human Penis Museum Iceland Reykjavik

La variété est de rigueur

Dans le musée, on trouve d’énormes appareils, dont celui d’une baleine bleue : 1,70 mètre de long pour 70 kilos… sachant qu’il ne s’agit que d’une partie de l’organe complet, qui mesure 5 mètres pour plus de 350 kilos. On y trouve aussi de minuscules exemplaires, comme celui d’un hamster, long de 2 mm, à voir avec une loupe.

Le musée renferme aussi des pièces exceptionnelles, comme un pénis d’elfe. Il est « inhabituellement grand et vieux », indique résumé du musée. Et invisible, évidemment, sauf pour ceux qui comprennent le folklore islandais. L’adresse du musée est Laugavegi 116, à Reykjavík - il est ouvert tous les jours de 11h à 18h. Le site web officiel, pour tout savoir, est ici (en français, s’il vous plaît !). A la boutique du musée, vous trouverez… surprise !

Penis Tray