Les elfes et les trolls se cachent !

Alors comme ça, tous les Islandais croient fermement aux entités surnaturelles ? À vrai dire, ce n’est pas tout à fait le cas.

Croire ou ne pas croire au surnaturel

Au début du xxe siècle, déjà, l’ethnologue Arni Björnsson avait calculé que moins de 10 % de la population y croyait dur comme fer.

Une étude menée en 1975 par le psychologue Erlendur Haraldsson a montré que 7 % seulement des Islandais étaient convaincus de l’existence de créature cachées, que 15 % pensaient qu’il était probable qu’elles existent.

Les chiffres les plus significatifs ? 33 % de la population pensaient qu’il était possible que ces bestioles soient réelles. 28 % étaient convaincus du contraire et 17 % n’avaient pas d’opinion sur le sujet. Ce qui fait, tout de même, 55 % de la population qui est tentée de croire en l’existence de trolls et d’elfes… Des études plus récentes montrent que ces chiffres ont peu changé. Qui sont ces entités ? Parmi les créatures cachées, on trouve des trolls, des elfes et des fantômes.

Trolls de créatures

Dans la mythologie nordique, les trolls sont des êtres de grande taille qui participent à la bataille du Ragnarök aux côtés des géants. Ils vivent dans des cavernes souterraines, adorent les trésors, et surtout se battre. Certains trolls ont séduit des humains, donnant naissance à des demi-trolls.

Les spécialistes de trolls affirment qu’il n’en reste plus que quelques-uns, cachés dans des régions perdues d’Islande. Les demi-trolls et leur descendance, en revanche, seraient plus communs et même bien intégrés… Les trolls ont un point faible : exposés à la lumière, ils se transforment en pierre.

 

blog-islande-trollselfes-01

Les elfes, de chers voisins

Rien à voir avec les créatures imaginaires que l’on trouve chez JRR Tolkien, l’auteur du Seigneur des anneaux. Non, les vrais elfes vivent sous des pierres et dans de petites maisons, bien cachés.

Il n’est pas question de les déranger, parce qu’un elfe content laisse les humains en paix, mais un elfe bousculé dans ses habitudes devient vite pénible. Les travaux de construction de routes et de bâtiments sont souvent perturbés par des passionnés d’elfes qui entendent faire respecter leur environnement.

 

blog-islande-trollselfes-04

Créatures surnaturelles et militants écologiques

N’allez surtout, surtout pas conclure de manière cartésienne que les trolls et les elfes trottent uniquement dans la tête d’Islandais un peu crédules. Les travaux de constrution sont vraiment interrompus, presque à chaque fois que l’environnement est menacé, par des amateurs du huldufólk, le peuple caché.

L’activiste la plus connue est la pianiste et voyante Erla Stefánsdóttir. À presque 80 printemps, elle intervient régulièrement pour parler des créatures cachées, de leur habitat, de leurs habitudes, et prend part à des campagnes pour respecter leur environnement. Pas question, par exemple, de déplacer des pierres qui sont supposées héberger des elfes !

En appeler aux trolls et aux elfes est une manière délicate de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour que l’environnement ne soit pas défiguré par les hommes. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une facette de l’écologie à la manière islandaise.

 

blog-islande-trollselfes-02

Trolls, elfes et voyageurs

Évidemment, on croise quelques trolls et quelques elfes à Reykjavík. Pas vraiment cachés, ils sont plutôt du genre à faire le pied de grue devant des boutiques de souvenirs. Mais tout le monde, les enfants les premiers, s’aperçoivent que ce ne sont pas de vraies créatures cachées, rien de plus que des figurants en bois ou en plastique.

Pour aller à la rencontre de ces êtres, il faut passer du temps en Islande, beaucoup de temps. Ouvrir les yeux, les oreilles.

Si ça ne suffit pas, il y a toujours moyen d’aller suivre un cours accéléré à la Icelandic Elf School, l’Álfaskólinn. Je n’ai pas essayé, mais on m’a rapporté que les professeurs expliquaient comment reconnaître les 13 types d’elfes que l’on pouvait rencontrer en Islande.

Sérieux ? Pas sérieux ? Sachez que l’Álfaskólinn a été ouverte en 1991, qu’elle a enseigné à plus de 9000 visiteurs, étrangers pour la plupart, par groupes de moins de 10 personnes… Le cours est dispensé tous les vendredis à partir de 15h, pour 3 ou 4 heures. Il en coûte 39 € par personne. Paraît-il que la petite collation servie pour mieux accompagner le cours est tout simplement divine… Envie de photographier des elfes et des trolls ? J'ai attendu, guetté, espéré. Mais ça n'a pas suffi...

 

blog-islande-trollselfes-03
J'ai cherché des elfes...
À la découverte des créatures cachées d'Islande
Découvrir le site d'Erla Stefánsdóttir (en islandais)
S'inscrire à l'école des elfes (en anglais)
© photo principale : Isabelle Compoint ; © photos texte : Isabelle Compoint, Frédéric Botton et D.R.