Les fjords du Nord-Ouest

Le tourisme est une activité importante en Islande, mais le pays a su préserver son environnement en limitant les infrastructures d’accueil. Une fois sorti des grandes villes que sont Reykjavik et Akureyri, les conditions deviennent plus spartiates. Mais la récompense est gratifiante : vous serez dans un décor superbe. Seul ou presque.

blog-islande-fjords-ouest-04

Départ pour le Nord-Ouest

Plutôt que de partir vers le sud-est, passage obligatoire des touristes, prenez la direction du nord depuis Reykjavik vers la péninsule d’Akranes, vers Borgarnes. Sur la route n°1, prenez l’embranchement vers la route 60 qui part sur la gauche. Laissez de côté la péninsule de Snaefellsness pour continuer encore vers le nord. Vous allez parvenir au pont de Gilsfjörður.
Il s’agit en fait d’une digue construite dans une anse, qui permet de rallier les terres du Nord-Ouest, qui constituent une sorte de presqu’île. À cet endroit, les deux parties de l’Islande ne sont séparées que par une bande de terre de 9 kilomètres. Une fois passée la digue et son tout petit pont qui laisse passer l’eau au rythme des marées, vous êtes dans le Nord-Ouest de l’Islande.

 

blog-islande-fjords-ouest-05

Bienvenue dans la région du Vestfirðir

Il s’agit de l’une des 8 régions d’Islande, l’une des plus sauvages, notamment parce qu’elle est battue par les vents d’ouest. Continuez sur la route 60 – attention, elle n’est pas goudronnée partout –, qui file vers l’ouest en longeant des fjords aux couleurs changeantes selon la météo. Si vous avez du temps et un 4x4, bifurquez sur la route 62 en direction des falaises de Látrabjarg.

 

blog-islande-latra-05

Selárdalur : l'art contemporain au milieu de rien

De retour vers la route 60, vous pouvez pousser la balade jusqu’à Selárdalur en prenant la route 63 vers l’ouest en direction de Bildudalur, puis la 619 (attention, c’est une piste) jusqu’à Selárdalur tout au bout de la péninsule. Là se trouve une galerie d’art contemporain dédié à l’artiste Samúel Jónsson. Des statues naïves placées au milieu de nulle part. Étonnant…

 

blog-islande-fjords-ouest-06

Ísafjörður, capitale du Vestfirðir

En revenant sur vos pas, vous retrouvez la route 60 qui file vers le nord. Faites une halte à Thingreyri. La France a ici été autorisée à construire des infrastructures en support de la pêche pratiquée au large. C’était au XIXe siècle… et les Français ont été chassés. Encore une cinquantaine de kilomètres et vous atteignez la plus grande ville de la région.
Ísafjörður est forte d’une population de presque… 4 000 âmes. C’est la pêche et ses produits dérivés qui font vivre la région. Rien ne pousse ici, en tous cas pas suffisamment pour que l’agriculture constitue une activité rentable.
À Ísafjörður, on quitte la route 60 pour prendre la 61, vers l’est, le long de la partie méridionale de l’Ísafjarðardjúp. La traduction est explicite : « profond fjord glacé ». C’est une immense avancée de la mer, longue de plus de 100 kilomètres, creusée de nombreux fjords sur sa partie sud – mais aucun au nord. Une bizarrerie de la géologie…

 

blog-islande-fjords-ouest-03

Au nord, la réserve naturelle de Hornstrandir

La partie septentrionale du Vestfirðir est occupée par la réserve naturelle de Hornstrandir. Un endroit où on dénombre plus de 260 espèces de plantes, d’immenses colonies d’oiseaux qui nichent dans les falaises le long de la côte. L’endroit d’une beauté sauvage se mérite : il n’y a aucune route qui y mène, et très peu d’endroits pour passer la nuit. D'anciennes habitations ont été retapées et leurs propriétaires permettent de camper.
L’accès se fait en bateau – de petits rafiots qui ne prennent pas la mer en cas de mauvais temps – , notamment depuis Ísafjörður. Il faut consulter les horaires, les villages (quasi abandonnés) de la réserve ne sont pas souvent desservis… Les randonnées dans la réserve naturelle sont l’assurance de découvrir des décors fabuleux ! La falaise de Hornbjarg, que je n’ai pas eu la chance de voir, est un endroit exceptionnel m’ont dit des randonneurs qui ont profité d’une météo plus clémente.

 

blog-islande-fjords-ouest-01

À l’est, Krossnes et sa piscine géothermale

La route 61 part vers l’est jusqu’à atteindre la côte. Prenez le temps de bifurquer vers le nord sur la route 643. Il est préférable de rouler en 4x4, elle n’est pas goudronnée sur les presque 100 km qui mènent jusqu’à Krossnes. Poussez jusqu’au bout de la route pour trouver la piscine géothermale qui fait face à la mer. Parfaite pour se relaxer dans une eau à 38°C devant un décor superbe et changeant au gré des nuages. Tout près se trouvent les chambres d’hôtes de Urðartindur pour passer la nuit avec un confort qui contraste avec la rudesse de l’endroit.

 

blog-islande-fjords-ouest-02

Magie noire !

En quittant la région du Vestfirðir, la route 61 passe par le village de Hólmavík. Un peu moins de 400 personnes y vivent toute l’année. Et sans doute quelques créatures ont échappé au recensement de l’État. Pour en savoir un peu plus, direction le Museum of Icelandic sorcery and witchcraft. L’endroit parfait pour se plonger dans les croyances ancestrales et pour admirer des objets magiques (fonctionnement non garanti) découverts lors de fouilles. 900 couronnes (6 €) pour les adultes, gratuit pour les moins de 14 ans.

 

blog-islande-fjords-ouest-09

Visiter le Vestfirðir
La compagnie de ferry Sjóferðir, basée à Ísafjörður, rallie réserve naturelle de Hornstrandir.
Museum of Icelandic sorcery and witchcraft, Höfðagata 8-10, 510 Hólmavík, Tél : +354 897 6525
Chambres d'hôtes de Urðartindur, Norðurfjörður 1, 524 Norðurfjörður, Tél. : +354 843 8110

© photo principale : Mike Powell ; © photo texte : Sigurður Atlason, Urðartindur ehf, Mike Powell, Mickaël Delcey