Les glaciers et les volcans

Islande signifie « terre de glace ». Ce sont les glaciers qui justifient ce nom en été, puisque la neige disparaît totalement des plaines et même des petits sommets. Le pays ne détient pas le record des plus vastes glaciers de la planète, ni même de l’Europe, mais ce sont sans doute les plus accessibles.

Qu'est qu'un glacier ?

C'est une coulée de glace qui se forme en altitude et descend une pente naturelle. Le glacier est formé de neige compactée par le tassement et la pression. Le glacier est en perpétuel mouvement, même si on ne le voit pas à l’œil nu, sauf lors de manifestations sporadiques telles que des craquements de glace.
Avec des technologies de prises de vues comme le timelapse, on peut visualiser l’écoulement du glacier. Le timelapse, c’est la prise de photos à intervalles réguliers, espacées de plusieurs secondes voire de plusieurs minutes, assemblées en une vidéo accélérée. L’effet est saisissant, mais il faut y passer beaucoup, beaucoup de temps…

 

blog-islande-glaciers-07

Sous la glace, les volcans

En islandais, glacier se dit jökull. Tous les noms qui se terminent par jökull décrivent donc des glaciers… et non pas des volcans. Mais on les confond parfois, comme par exemple l’Eyjafjallajökull, que l’on peut traduire par « le glacier près des montagnes proches des îles ». Le volcan ? Il est sous la glace...
Les volcans forment des sommets, ils sont naturellement couverts par des neiges éternelles qui forment des glaciers. Le Bárðarbunga, par exemple, se trouve sous l'immense calotte glaciaire du Vatnajökull. Il arrive fréquemment que des éruptions aient lieu sous la couche de glace, sans même qu’on puisse voir quoi que ce soit lorsque cela arrive.

 

Les volcans sont naturellement recouverts par la neige et forment des glaciers.
Les volcans sont naturellement recouverts par la neige et forment des glaciers.

Éruptions sous la glace

Il est probable que le Bárðarbunga ait connu une petite éruption sous glace dans les premiers jours de son réveil. La glace qui remplit sa caldeira (cratère) est si dense et si épaisse (près de 1 000 mètres) qu’elle cache l’activité. Même les sismographes et les autres outils de mesure ne permettent pas toujours de détecter une éruption sous-glaciaire. Souvent, des crevasses et l’affaissement de la glace sont les seuls témoins de cette activité.

 

Les crevasses témoignent de l'activité du volcan Bárðarbunga.
Les crevasses témoignent de l'activité du volcan Bárðarbunga.

Comprendre l'activité des volcans sous la glace

L’université d’Islande (Institute of Earth Sciences) a publié trois schémas expliquant les différents scénarii que peut suivre l’éruption du Bárðarbunga. On ne parle pas de la faille du Holuhraun, mais bien du volcan qui se trouve entièrement enfoui sous une épaisse couche de glace. Le schéma A décrit le premier scénario : l’activité sismique a modifié le cratère du volcan, mais la couche de glace ne s’est affaissée que de quelques dizaines de mètres.

 

Schéma A : l’activité sismique a modifié le cratère du volcan, mais la couche de glace ne s’est affaissée que de quelques dizaines de mètres.
Schéma A : l’activité sismique a modifié le cratère du volcan, mais la couche de glace ne s’est affaissée que de quelques dizaines de mètres.

Affaissement de la caldeira (schéma B)

Si l’activité du volcan continue, il est probable que la poche magmatique finisse par céder sous la pression de la caldeira, provoquant un affaissement de plusieurs centaines de mètres. Ce n’est pas encore le cas, il semble qu’une partie de la pression de la lave parte par des galeries souterraines vers la faille du Holuhraun. Laquelle fait donc office de soupape de sécurité.
Mais l’autocuiseur ne s’arrêtera probablement pas en si bon chemin. Si l’éruption du Holuhraun s’arrête, il peut y avoir plusieurs raisons : soit la pression magmatique est totalement retombée, soit elle va ouvrir une autre faille, soit elle va se concentrer sous la caldeira du Bárðarbunga…

 

Schéma B : la poche magmatique finit par céder sous la pression de la caldeira et provoque un affaissement.
Schéma B : la poche magmatique finit par céder sous la pression de la caldeira et provoque un affaissement.

Éruption sous-glaciaire (schéma C)

Dans ce cas, la lave va rejoindre la surface… sous la glace. La couche épaisse d’un bon kilomètre va rapidement s’affaisser, jusqu’à disparaitre totalement à l’endroit de l’éruption, laquelle deviendrait de type explosive. Deux phénomènes risquent alors de se produire.
D’une part un gigantesque nuage de vapeur mêlée à des cendres va se propager dans le ciel, associé à des événements pyroclastiques (nuées ardentes rapides). D’autre part la fonte rapide du glacier va remplir la caldeira qui va se transformer en lac glaciaire dont le volume va augmenter très rapidement jusqu’à trouver une échappatoire. Ce sera alors un jökulhlaup, autrement dit une inondation rapide capable de charrier d’immenses blocs de glace et des rochers.

 

Schéma C : un gigantesque nuage de vapeur se propage dans le ciel tandis que se forme un lac glaciaire.
Schéma C : un gigantesque nuage de vapeur se propage dans le ciel tandis que se forme un lac glaciaire.

Glaciers vivants

De tels phénomènes se sont déjà produits à plusieurs reprises en Islande. Mais les glaciers, eux, sont toujours là. Le plus grand d’entre eux, le Vatnajökull, s’étend sur une superficie de 8 300 km2, soit presque autant que la Corse. Elle couvre 8 % du pays ! La superficie de l’Eyjafjallajökull, à titre de comparaison, ne dépasse pas 78 km2

 

Le glacier Vatnajökull (en bas à droite) couvre 8 % de l'Islande.
Le glacier Vatnajökull (en bas à droite) couvre 8 % de l'Islande.

 

Les glaciers semblent paisibles, mais ils vivent. Y marcher ou y rouler n’est pas sans danger. Pas question de s’y aventurer sans un guide connaissant parfaitement leur géographie avec une expérience de leur fonctionnement. C’est une belle expérience à vivre, aussi bien sur le glacier… qu’en dessous ! Mais ça, ce sera pour un autre billet…

© photo principale : Frédéric Botton ; © photos texte : Frédéric Botton, Google et Marco Nescher / volcanoheli.is