Les pierres-étalons de Djúpalónssandur

De nos jours, les marins apprennent leur métier dans des écoles de marine, passent leur diplôme, suivent des stages. Mais au siècle dernier, ce n’était pas tout à fait la même histoire. Pas de cours, pas de simulation, pas de technologie…

L’université de Reykjavik compte deux cursus entièrement dédiés à la marine. Le premier est la School of Navigation, destiné à former des marins capables de piloter des bateaux de pêche de 24 mètres. L’autre est le School of Marine Engineering. Une formation plus récente qui donne les clés de la technologie adaptée à la pratique de la marine. Si le sujet vous intéresse, et ou si le temps est vraiment maussade sur Reykjavik, ne passez pas à côté du Maritime Museum, qui se trouve dans l’ancien port de la ville. Il s’est installé dans les locaux d’une ancienne usine de congélation du poisson, depuis 2004.

En 2008, le musée s’est étendu avec l’acquisition d’un vaisseau garde-côtes, le Óðinn. Des visites en groupe sont organisées toute l’année. Le Sjómannadagurinn est une journée spécialement dédiée aux marins en Islande. Il est célébré le premier dimanche du mois de juin, chaque année. A Reykjavik, il est suivi par deux autres jours de festivités, appelés le Festival of the Sea. C’est le meilleur moment pour venir dans l’ancien port : des animations sont organisées pour faire revivre le charme de la marine d’antan.

Qui est le plus fort ?

Mais c’est sur la plage de Djúpalónssandur, dans la péninsule de Snaefellsness, que l’on trouve un clin d’œil aux méthodes de recrutement ancestrales. Lorsqu’on descend le chemin depuis le parking et qu’on pose le pied sur la plage en galets gris, on est accueilli par quatre pierres de différentes tailles. A quoi servaient-elles ? Tout simplement à mesurer la force des prétendants marins…

Chaque pierre a son petit nom : Fullsterkur est la plus lourde, avec 154 kg, Elle signifie « très fort ». Hálfsterkur, « demi-fort », pèse 100 kg, Hálfdrættingur « demi-portion » 54 kg et Amlóði « minable » 23 kg. La légende raconte qu’il fallait impérativement avoir soulevé les 54 kg de Hálfdrættingur pour être accepté parmi les marins. Vous pouvez vous essayer à l’épreuve… Il y a désormais plus que quatre pierres, mais vous ferez vite la différence entre les vraies et celles qui ont été rajoutées !

Crédits photos : Frédéric Botton