Lindin, le restaurant bien caché

La population islandaise se trouve principalement regroupée à Reyjavik. C’est là, tout naturellement, que l’on trouve le plus de restaurants. Pourtant, un établissement gastronomique se cache au cœur du Cercle d’Or.

En partant de Pingvellir vers Geysir et les chutes de Gulfoss, je prends la route 36 vers le sud, puis je tourne à gauche sur la petite route 365. Elle se termine avec une descente vers le lac de Laugarvatn. C’est là que se trouve le restaurant Lindin, en bordure de rivage. Ici, tout est calme : pas un bruit, les bâtiments sont très espacés.

 

blog-islande-lindin-01

Recommandation

J’ai suivi les conseils du Guide du Routard, qui qualifiait le Lindin de « bonne surprise gastronomique ». Une affirmation qu’il fallait vérifier, évidemment. Je suis arrivé vers 14 heures. Le restaurant était désert, à tel point que j’ai pensé avoir loupé le dernier service de midi. Pas du tout !

J’ai été accueilli un serveur qui s’est fait un plaisir de décrire les différents plats – en anglais - et qui s’est laissé aller à un brin causette. Il faut dire que l’absence de clients lui permettait de me consacrer un peu de son temps.

 

blog-islande-lindin-06

Mais alors, c’est bon ?

J’ai choisi pour une truite, en me fiant aux conseils du serveur qui m’a assuré qu’elle venait d’être pêchée dans le lac de Laugarvatn. Poêlée à l’huile avec des carottes, des champignons, des oignons, du blé sous forme de petites boules claires et des amandes effilées, c’est un vrai régal !

En dessert, je me suis laissé tenter par la mousse au chocolat. Un choix qui peut sembler étonnant : c’est un dessert très classique d’une part, qui n’est pas vraiment une spécialité islandaise d’autre part. Mais voilà, elle a été élue la meilleure du monde par le guide Lonely Planet. Puisqu’il ne faut jamais faire une confiance aveugle à ces guides, il fallait essayer.

Il ne s’agit en effet pas d’une classique coupe remplie à la va-vite de crème au chocolat au lait bon marché, mais d’une mousse au chocolat noir Valrhona subtile, aérée, relevée d’une purée de framboises et adoucie avec de la pastèque. Elle est couronnée d’une mousse au chocolat blanc, le tout mis en valeur dans une verrine. J’ai l’habitude de photographier discrètement les plats. Mais je me suis laissé séduire par cette mousse au point d’oublier de la prendre en photo !

Le déjeuner revient à une quarantaine d’euros avec le café, joliment servi, et un soda… Ce n’est pas donné, mais c’est si bon… La cuisine, il faut dire, est tenue par Baldur Öxdal, qui a fait ses classes à New York, puis à Lucerne en Suisse où il s’est spécialisé dans l’art du chocolat !

 

blog-islande-lindin-05
© photo principale : Isabelle Compoint; © photos texte : Isabelle Compoint.