Murs et statues de Reykjavik (2)

Ces statues, je vous les avais déjà présentées dans ce post, notamment « The Unkown Official », une œuvre de Magnús Tómasson, de 1994, qui représente les bureaucrates et leur (absence de) vision du monde. Cette statue a été déplacée, elle se trouve désormais au bord du lac Tjörnin. DSC_0373

De nouvelles œuvres ont été ajoutées… L’une des plus intéressantes est le Svarta Keilan (« le cône noir »), qui cite la très française déclaration des droits de l’homme et du citoyen pour inviter à la désobéissance civile lorsque le gouvernement ne tourne plus rond.

Voilà qui colle parfaitement avec la récente actualité de l’Islande et ses politiques. Elle a été imaginée par l’artiste espagnol Santiago Sierra et placée devant le parlement islandais en 2012. Elle a été déplacée un peu plus loin depuis lors.

DSC_0334

Les murs parlent

La ville est en pleine mutation, avec des constructions qui s’élèvent un peu partout, des pâtés de maisons entiers sont détruits pour être reconstruits. L’occasion, pour des grapheurs de talent, de s’exprimer sur une toile très grand format. Avec l’accord plus ou moins implicite des autorités qui laissent faire, sachant que la plupart des œuvres sont éphémères.

Les talents de certains ont été mis à profit pour donner de l’éclat aux façades de certaines maisons et boutiques de Reykjavik, avec réussite.

DSC_0412
DSC_0408
DSC_0406
DSC_0403
DSC_0401
DSC_0400
DSC_0396
DSC_0378
DSC_0308
DSC_0304
DSC_0295
DSC_0294
DSC_0291
DSC_0286
DSC_0283
DSC_0281
DSC_0280
DSC_0271
DSC_0393
Les vélos bleus sont figés...
Un petit rien des Etats-Unis...
Un petit rien des Etats-Unis...
Un autre petit rien...
Un autre petit rien...