Murs et statues de Reykjavik

1
 Jón Sigurdsson, père de l'Islande

À Paris, les statues métalliques datant de la fin du XIXe siècle ont presque toutes disparu. Elles ont été déboulonnées et livrées aux Allemands par la France de l’Occupation pour contribuer à l’effort de guerre nazi. La plupart ont donc été fondues pour être réincarnées en armes.

À Reykjavik, les statues sont beaucoup plus récentes. Il faut dire que l’histoire de l’Islande indépendante est récente, puisqu’elle ne date que de 1944. La plupart des statues sont tout naturellement postérieures à cette date. C’est le cas de celle de Jón Sigurdsson, considéré comme le père de la nation et de son indépendance – bien qu’il soit mort en 1879, bien avant que l’Islande ne prenne son envol.

2
 The Unknown Official

À deux pas du lac Tjörnin, dans une petite cour à l’abri des regards, se trouvait cette œuvre de Magnús Tómasson qui date de 1994. Intitulée The Unknown Official, elle est présentée comme une représentation des bureaucrates. Elle a été déplacée de quelques dizaines de mètres.

blog-islande-statues-graffitis-06

3
 Leif Eriksson, découvreur de l'Amérique

Placée devant l’église Hallgrímskirkja, la statue de Leif Eriksson regarde en direction de l’ouest. Donnée à l’Islande par les États-Unis en 1930, en souvenir du découvreur de l’Amérique du Nord, bien avant Christophe Colomb, elle a été sculptée par l’américain Alexander Stirling Calder.

blog-islande-statues-graffitis-04

4
 Skúli Magnússon et les premiers pas de l'industrie

Skúli Magnússon est célèbre pour avoir créé la première industrie en Islande. C’était en 1751, avec Innréttingar, des ateliers de confection de laine. À la fois entrepreneur, homme politique, il a contribué à l’essor de Reykjavik.

Sa statue a été réalisée par le sculpteur Gudmundur Einarsson en 1951. Son visage est une interprétation de l’artiste, puisque les portraits d’époque manquent pour recréer ses traits.

blog-islande-statues-graffitis-05

5
 Les graffitis

Rares sont les graffitis « signature » à Reykjavik, ceux qui s’exposent sur les murs de la ville sont des réalisations pensées et soignées.

blog-islande-statues-graffitis-08

6
 Les bouches à incendie

À Reykjavik, elles sont peintes en rouge et jaune. De quoi jouer avec les couleurs du décor…

 

7
 Les façades des maisons et commerces

Elles sont parfois agrémentées de peintures. Rarement destinées à attirer les touristes, elles s’affichent souvent comme de l’art naïf

 

© photo principale : Frédéric Botton ; © photos texte : Isabelle Compoint et Frédéric Botton