Plonger en Islande

La plongée en Islande éloigne des côtes : à quelques exceptions près, ce n’est pas en eaux salées que l’on fait trempette, mais dans les eaux douces de l’intérieur des terres. Des eaux cristallines filtrées par les roches volcaniques, dans des décors exceptionnels que l’érosion n’a pas encore eu le temps de façonner.

blog-islande-plongee-04

Dans les fissures

Il faut dire que les paysages d’Islande sont récents à l’échelle des temps géologiques. Il n’y a que dans les endroits où la roche se révèle très tendre que l’eau a creusé son chemin. À Selfoss, par exemple. Partout ailleurs, l'eau suit tout simplement les ouvertures vers les entrailles de la terre.

Le « spot » le plus impressionnant est sans doute Silfra : il s’agit d’une fissure au point de rencontre des plaques tectoniques américaine et européenne, qui se situe dans la plaine de Pingvellir. L’eau provient du glacier de Langjökull, à une quarantaine de kilomètres, ce qui lui garantit une température constante tout au long de l’année, entre 2 et 4°.

Les géologues estiment que l’eau du glacier se trouve filtrée par la lave pendant 30 à 100 ans selon les endroits. C’est ce qui explique la transparence exceptionnelle de la fissure de Silfra ! Les plongées s’effectuent généralement à environ 7 mètres, parfois 12 selon les endroits de la fissure de Silfra. Les plus téméraires peuvent aller jusqu’à un maximum de 18 mètres !

 

blog-islande-plongee-02

Plonger, moi, jamais !

Pour ceux que la plongée ne rassure pas, où pour qui elle est contre-indiquée, que faire ? La solution, c'est le snorkeling, avec un masque et un tuba, qui se pratique à la surface. Les sensations sont évidemment moins intenses, mais la clarté de l’eau permet de voir tous les détails des roches, de percevoir toutes les nuances de couleurs. Bleus, verts, jaunes, ocres…

On rencontre rarement des animaux dans la fissure de Silfra, bien qu’elle communique avec le lac de Pingvellir : les décors sont essentiellement minéraux, colorés par les rares micro-organismes. Pour trouver des êtres vivants, il faut aller dans le lac de Pingvellir. Les truites y colonisent les herbes sous-marines, connues sous le nom de « cheveux de trolls ».

 

blog-islande-plongee-03

Colonne sous-marine

Près d’Akureyri, au nord de l’Islande, en plein milieu du fjord Eyjafjörður – donc en eaux salées – se trouve une source d’eau chaude sous-marine. C’est le site de Strýtan, qui se trouve à environ 70 mètres de profondeur. Mais il n’est pas nécessaire, fort heureusement, de descendre aussi loin : les minéraux (magnésium et soufre) contenus dans l’eau chaude qui s’échappe de la source se solidifient au contact de l’eau froide du fjord.

Le résultat est une colonne solide qui monte du plancher marin sur plus de 55 mètres. Son sommet se trouve par conséquent à environ 15 mètres sous la surface. L’endroit est réservé aux plongeurs expérimentés et en bonne forme physique : la colonne est fragile et les courants peuvent être puissants… Mais on se trouve en mer, on a toutes les chances d'y faire des rencontres assez impressionnantes !

 

blog-islande-plongee-07

Sources chaudes

À 30 minutes à peine de Reykjavík, vers le sud, se trouve le grand lac de Kleifarvatn, entouré par des collines de roches aux couleurs variées. Il est préférable de s’y rendre en 4x4, la route n’est pas goudronnée. J’y suis allé avec une voiture de tourisme d’entrée de gamme, mais ce n’est pas une bonne idée.

Sous la surface du lac, à 10 mètres de la rive à peine, se trouvent des sources chaudes qui ont été découvertes assez récemment. Il est d’ailleurs probable qu’elles soient apparues il y a peu de temps ! Il faut dire que les manifestations souterraines, notamment les chaudrons, sont nombreuses dans cette région.

Les sources chaudes sous le lac émettent des bulles qui montent rapidement à la surface : le gaz est poussé par l’eau chaude qui monte. On ressent des vibrations à cet endroit. Ce ne sont pas des tremblements de terre : la pression à cet endroit, lorsque les bulles de gaz s’échappent, est telle qu'elle fait tout simplement vibrer les roches. Impressionnant !

 

blog-islande-plongee-08

Fait pas chaud, tout de même

Évidemment, la plongée et le snorkeling en Islande ne se pratiquent pas en maillot de bain ou en bikini. Il faut avoir enfilé des sous-vêtements longs et chauds, puis revêtir une combinaison en néoprène et des gants spéciaux qui protègent contre le froid. L’avis des plongeurs qui ont tenté l’expérience en Islande est unanime : la clarté des eaux est rassurante. On n’évolue pas sur des fonds troubles et sombres comme c’est parfois le cas en pleine mer.

 

blog-islande-plongee-05

Où se renseigner ?

Plusieurs sociétés proposent des sorties plongée et snorkeling. La plus connue est Dive.is, dont les locaux se trouvent dans le port de Reykjavik. Les prestations sont multiples, depuis une journée de plongée ou de snorkeling à Silfra, jusqu’à l’accompagnement pour des tournages de reportages ou des expéditions à la carte.

La journée de plongée, qui débute là où vous résidez à Reyjavik (on vient vous chercher), est encadrée par un guide (pour 4 personnes). Elle propose deux plongées, avec tout l’équipement fourni et une collation chaude pour reprendre des forces après l’effort.

Il faut avoir plus de 18 ans pour y participer, et une licence de plongée (sauf pour le snorkeling)… Le prix ? À partir de 15990 couronnes (100 €) pour un tour de 4 à 5 heures incluant 30 à 40 minutes dans l’eau. Et à partir de 34 990 couronnes la journée de plongée, soit environ 230 €

 

blog-islande-plongee-01

Plonger en Islande
Le prestataire le plus connu : http://www.dive.is
Les autres :
http://www.diveiceland.com/
http://www.scuba.is/
http://www.magmadive.is/
© photo principale et photos texte : dive.is et Chris Muzzal