Prendre le bus à Reykjavik

Dans les grandes capitales, les habitants se sont résignés à vivre sans voiture parce qu’il est devenu impossible de se garer, parce que les embouteillages sont insupportables et parce que la pollution atteint des records. Mais à Reykjavik, presque tous les foyers disposent d’une automobile…

On pourrait imaginer que le réseau de transports reflète cet taux d’équipement automobile. Pourtant la société Strætó bs., l’opérateur public en charge des transports à Reykjavik, dispose d’un maillage assez dense de la ville. Et même de lignes qui partent à l’assaut de tout l’Islande ! Strætó bs. a été créée en 2001… Ce n’est pas une startup pour autant : elle est née de la fusion de deux anciennes entreprises qui se partageaient le nord et le sud de la ville.

blog-islande-straeto-01

Près de 100 lignes !

Dans Reyjavik et ses proches environs, on trouve plus de 25 lignes ! Autant dire que la capitale est bien desservie. La fréquence de passage des bus varie de 15 minutes aux heures de pointe à 30 minutes en heures creuses. Le premier bus démarre aux alentours de 6h30, le dernier passe à 0h30. Il faut bien regarder sa montre lorsqu’on sort tard le soir en été : la luminosité qui persiste pendant la nuit est trompeuse…

Le site de Strætó bs. est particulièrement bien fait, sobre mais efficace. En Islandais par défaut, mais une icône permet de basculer sur la version anglaise du site. On y trouve une carte géante de toutes les lignes qui essaiment depuis Reykjavik, des cartes spécifiques à chaque ligne avec les stations où se trouvent les correspondances avec d’autres lignes. Sans oublier les horaires pour chaque ligne.

HEILDARKORT 2015
Cliquez sur la carte pour zoomer...

Online…

Le site permet de préparer un itinéraire en connaissance la station de départ et celle d’arrivée. C’est l’onglet « Plan your Journey » qui offre cette fonction. Pratique… surtout quand on peine avec les noms des rues de Reykjavik et la manière de les écrire. Le moteur de recherche est permissif, ce qui autorise les approximations avec l’alphabet islandais. Pour trouver la rue Rauðagerði, on peut écrire « raudagerdi », il comprend ce qu’on lui demande… Plusieurs itinéraires sont proposés, avec l’heure à laquelle arrive le bus, la durée, le nombre de changements, et le temps qu’il faut passer à marcher. Le tout est récapitulé sur une carte. Pratique et particulièrement bien réalisé !

Si vous n’aimez pas poireauter à un arrêt de bus – surtout dans la température est basse et que le vent s’est levé -, sachez que le site propose l’onglet « Live bus map ». Les bus des principales lignes sont équipés d’un GPS qui les géolocalise en temps réel ! Toutes les 15 secondes, vous savez où se trouve le bus que vous voulez emprunter. Une belle réalisation… On apprécie tout particulièrement cet outil quand on se trouve un peu loin du centre de la ville, ou par exemple à l’aéroport…

blog-islande-straeto-06

Sur mobiles

Il existe aussi une application pour smartphones iOS et Android, que l’on trouve en recherchant « straeto » sur les stores d’Apple et de Google. Ce n’est pas un simple gadget ou une publicité mobile déguisée en application, comme c’est souvent le cas. Non, le logiciel permet d’être totalement autonome avec les bus de Strætó bs. ! Il permet d’acheter des tickets en ligne, qui restent entièrement virtuels et « zéro papier » puisqu’ils sont envoyés sur votre mobile.

Il est possible, comme sur le web, de recherche un itinéraire. Attention, le logiciel est moins permissif avec les lettres de l’alphabet islandais. Le récapitulatif du trajet est détaillé, vraiment pratique. La cerise sur le glacier, c’est la carte en temps réel. La mise à jour est en temps réel, on voit les icônes représentant les bus se déplacer à l’écran. Extra ! Seul inconvénient de ce logiciel : il faut disposer d’un accès à Internet, soit en wifi soit en 3G ou 4G. Attention aux débordements de forfaits data…

blog-islande-straeto-07

Aller plus loin !

Strætó bs. couvre principalement la capitale, mais la société publique dessert aussi le reste de l’Islande. Evidemment, les horaires sont très différents lorsqu’il s’agit de rallier Akureyri ou Vik depuis Reykjavik, mais c’est possible. Pensez à regarder ce que proposent les sociétés privées opératrices de bus, il en existe plusieurs. Le ticket pour un voyage est vendu dans le bus, sans besoin de réservation à l’avance (on ne peut en acheter que 9 d’un coup à bord). On les trouve aussi dans de nombreux points de vente à Reykjavik et dans la plupart des villes.

Un ticket vaut 400 couronnes, soit 3,80 €. Une carte de 9 ticket est vendue 3500 couronnes, 24 €. Sont également proposés des forfaits pour des trajets illimités à la journée pour 1000 couronnes, soit 7 €, ou 3 jours pour 2500 couronnes, 17,50 €. Intéressant si vous voulez parcourir la ville sans rien en perdre ! Notez que les forfaits ne sont valables que sur Reykjavik et ses environs.

blog-islande-straeto-04

Les liens importants
© photo principale : Baldur Árnason ; © photos texte : Haraldur Guðjónsson, volhardt, Strætó bs.