Samaris, très lounge

Les textes de Samaris s’inspirent de poésies islandaises – ils sont tout naturellement écrits en islandais. La voix, celle de Jófríður Ákadóttir, est très caractéristiques des groupes islandais : éthérée, elle part en volutes qui suivent les rythmes parfois syncopés, parfois à contretemps. Ou simplement évoqués par des basses synthétiques lentes qui vrombissent.

L’ossature des morceaux de Samaris repose sur le synthétiseur de Þórður Kári Steinflórsson. On y entend des samples qui évoquent les notes très années 80 et débuts des musiques électroniques, comme celles de l’album Oxygen de Jean-Michel Jarre. La particularité de Samaris, c’est de marier ces sonorités électroniques à la clarinette, celle de l’instrumentiste Áslaug Rún Magnúsdóttir…

blog-islande-samaris-03

Lounge ?

Les morceaux lents et instrumentaux de Depeche Mode ont probablement été une source d’inspiration, avec des envolées qui reposent sur un seul instrument. Ou plutôt un seul sample, puisqu’il s’agit de petits soli de Þórður Kári Steinflórsson pianotés sur son synthétiseur. Les basses sont omniprésentes, pas souvent pour le beat, mais en arrière-plan, comme un grondement qui varient en intensité.

Il rappelle un autre grondement, celui de l’Eyjafjallajökull, que l’on entendait à plusieurs dizaines de kilomètres, sorte de tonnerre sourd qui ne s’interrompt pas. Vous l’aurez compris, la musique de Samaris n’est pas vraiment du genre à allumer le feu sur les dance-floors. Elle s’écoute de manière apaisée, sorte de bande-son relaxante. Avec une faculté, celle de télétransporter en Islande simplement en fermant les yeux…

blog-islande-samaris-02

Les albums

Les premiers enregistrements de Samaris, en 2011 et 2012, ont abouti à deux mini-albums. Ils ont été regroupés en un album-compilation, Samaris, paru en 2013. A suivi Silkidrangar en 2014, qui a installé le style du groupe. En 2015, le groupe s’est offert le plaisir de remixer lui-même son précédent album. Là encore, il n’est pas question de rythmes endiablés imaginés par un DJ guettaesque, mais de réécritures des morceaux avec un enrobage doux, d’ambiances feutrées.

Le résultat, Silkidrangar Sessions, est sans doute de l’album le plus accessible,  qui accentue encore le côté lounge de la musique de Samaris. Le rythme est un peu plus rapide. Toutes proportions gardées, bien sûr, car il s’agit toujours d’un beat downtempo, que les bars à la mode sauront s’approprier. Les vidéos qui accompagnent certains morceaux reposent sur une esthétique minimaliste, intimiste, un peu oppressante…

Samaris (2011), Silkidrangar (2014), Silkidrangar Sessions (2015)
Samaris (2011), Silkidrangar (2014), Silkidrangar Sessions (2015)
Les liens pour écouter Samaris

Le site officiel du groupe

L’album Silkidrangar Sessions en écoute gratuite (mais moyennant l’inscription au service Spotify)

La vidéo de Góða tungl

© photo principale : Samaris ; © photos texte : Samaris