Sóley, atmosphérique

Les artistes islandais partagent tous, plus ou moins – mais plutôt plus que moins – cette passion pour les musiques lentes, cérébrales. L’immensité des décors minéraux, l’eau, la glace se prêtent évidemment plus à des notes de piano égrenées qu’à des rythmes bossa-nova.

C’est cet univers feutré que chante Sóley Stefánsdóttir, une jeune artiste de Reykjavik… Son père professeur de musique lui a sans doute permis d’accéder à la musique très jeune, mais c’est en étudiant le classique et le jazz à l’Icelandic Art Academy que Sóley a cultivé son talent d’instrumentiste.

 

blog-islande-soley-03

Notes de piano

Le piano est sans doute son mode d’expression préféré, mais elle maîtrise d’autres instruments – la guitare, les percussions, sa voix - qu’elle place au service de ses compositions. L’artiste a débuté dans un groupe, les Seabear, en 2006, qui ont sorti deux albums. Mais elle évolue désormais en solo, et c’est elle qui joue de tous les instruments.

Son premier album, Theater Island, alterne les morceaux de piano lents accompagnées à la voix, et les parties de guitares. Tout le style de Sóley y est déjà présent ! L’album suivant, We Sink, est tout de même plus aventureux avec des percussions qui relèvent les envolées instrumentales. La voix est très « islandaise », c’est-à-dire douce et doublée de chœurs distants. Très islandaise, mais chantée entièrement en anglais. Une différence par rapport à la plupart des artistes insulaires…

 

blog-islande-soley-02

Toujours le piano

Le troisième album de Sóley, Kromantik, est sans doute le plus sombre, le plus atmosphérique. Il s’agit d’une œuvre jouée exclusivement au piano, sans être épaulée par d’autres instruments. Parfois par quelques chants. On imagine les gouttes d’eau qui opacifient les fenêtres, la lumière blafarde du jour qui peine à percer, la chaleur d’un feu qui contraste avec le froid humide à l’extérieur. Un album de fin d’automne…

C’est en 2015 que l’artiste a proposé son quatrième album, Ask the deep. Les pochettes de ses disques ne sont pas franchement joyeuses, celle Kromantik étant la plus sombre. Celle de Ask the deep est sans doute la plus torturée, représentant le visage de l’artiste se liquéfiant. Les mélodies chantées sont soutenues par des nappes jouées à l’orgue et des percussions. Et parfois des rythmiques sourdes, dans l’esprit de Fever Ray (qui a composé la musique de la série TV « Vikings »). On note aussi des similitudes avec MammutSóley sera en concert en France le 1er octobre 2015 pour une unique date à Paris, dans la salle Les Etoiles.

 

blog-islande-soley-04

 

Écouter Sóley
Le site officiel de la chanteuse se trouve ici. http://soley.soleysoley.is/ Dreamer I’ll drown
Smashed birds Blue leaves
© photo principale : Sóley ; © photos texte : Sóley