Sur les traces du Lagarfljótsormur

L’Écosse a son célébrissime Nessie, la créature qui a élu domicile dans les profondeurs noires du lac du Loch Ness. Saviez-vous qu’une bestiole très similaire se cachait en Islande ? Faut-il rejeter en bloc les légendes ancestrales ? Ou croire dur comme fer au Lagarfljótsormur ? Ou encore rester pragmatique tout laissant aller son imagination ?

Lagarfljótsormur signifie « le ver du Lagarfljót ». Un animal dont les premières observations remontent en 1345 : elles sont mentionnées dans les Iceland Annals, des manuscrits qui décrivent la chronologie de l’époque. La légende raconte que qu’une petite fille a enfermé un petit serpent et une bague dans un coffre. Le serpent a grandi trop vite, jusqu’à briser le coffre. La petite, effrayée, l’a jeté dans le lac Lagarfljót. Il y a grandi, terrorisant la région. Il s’est calmé depuis, sans doute avec la sagesse de l’âge.

 

blog-islande-monstre-01

L’est de l’Islande

Le lac Lagarfljót est en fait une rivière qui coule depuis les contreforts de la calotte glaciaire du Vatnajökull jusqu’à l’océan Atlantique. Elle est si large qu’à certains endroits on la confond avec un lac. Comme pour le Loch Ness, le Lagarfljót communique avec l’océan. Bien que l’eau soit douce, on peut imaginer qu’un animal puisse remonter le cours de la rivière depuis l’Atlantique. Un animal inconnu et étrange, bien sûr…

Tous les ingrédients sont réunis pour que la légende soit très plausible. La région est reculée, très peu habitée, et peu visitée par les touristes. L’eau du lac est très sombre, presque noire. L’ombre des nuages dessine des moires changeantes. Il arrive fréquemment que la rivière soit gelée en surface, puisqu’il s’agit d’eau douce, et qu’elle charrie des débris arrachés par la fonte des glaciers. Il n’en faut pas plus pour que l’imaginaire prenne le relais.

 

blog-islande-monstre-05

Les observations

Elles sont assez rares, malgré la mention très ancienne au monstre. On rapporte que le responsable des forêts islandaises, Sigurður Blöndal, l’a vu de ses yeux en 1963. Un professeur et ses étudiants assurent l’avoir aperçu en 1998. En 1983, une compagnie de téléphonie a décrit une masse évoluant dans le lac, et de sérieux dégâts occasionnés des câbles posés sous l’eau. Plus récemment, en 2012, une vidéo est apparue montrant une agitation à la surface du lac. Monstre ? Débris ? La vidéo, filmée le 2 février 2012 par Hjörtur E. Kjerúlf, n’est pas suffisamment parlante pour être certain. Et pourtant, une somme de 500 000 couronnes islandaises (3400 €) est promise à qui apportera la preuve que le monstre existe bel et bien.

Un collège de « spécialistes » a voté (de justesse) un rapport concluant à l’existence du Lagarfljót. Les scientifiques sont un peu plus réservés, préférant avancer des phénomènes naturels comme des bulles de gaz remontant à la surface gelée, des débris remontant du fond du lac, des illusions d’optique dues à la météo. Les islandais restent très ouverts à toutes les possibilités, même les plus étranges, bien qu’ils se rangent bien volontiers aux côtés des Lagarfljót-sceptiques… Si vous passez dans l’ouest du pays, n’oubliez pas vos jumelles !

 

blog-islande-monstre-04
Ce n'est pas le Lagarfljótsormur, mais un régalec, un poisson géant qui dépsse les 5 mètres. Celui-ci était échoué sur une plage californienne.

La vidéo de Hjörtur E. Kjerúlf (2012)


© photo principale : Havgar Cheyenne ; © photos texte : Hjörtur E. Kjerúlf