Thingvellir, l’histoire (1)

Situé à l’est de Reyjavik, à une cinquantaine de kilomètres par les routes 1 puis 36, le site de Thingvellir est un support idéal pour un cours d’histoire et de géographie. Mais c’est n’est que l’aspect historique que nous allons retenir ici. Thingvellir, c’est une grande plaine et un immense lac, cernés par des barrières rocheuses. Un lieu chargé d’une histoire qui remonte plus de 1000 années dans le temps. Thingvellir, qui s’écrit Þingvellir, peut se traduire par « les plaines du Parlement ».

D’abord les Vikings

Venus des contrées du nord de l’Europe, les Vikings ont probablement découvert l’Islande vers l’an 870. Les batailles entre clans ont conduit de nombreux migrants à venir s’installer sur cette terre qui offrait de nouvelles opportunités. Plusieurs colonies se sont formées, un peu partout sur l’île.

Pour régler les différends qui n’ont pas manqué d’apparaître, un observateur a été envoyé en Norvège. Úlfljótur (c’est le nom qu’ont retenu les textes de l’époque) est revenu avec des ébauches de loi. Restait à les imposer aux colonies islandaises. C’est le frère adoptif d’Úlfljótur, Grímur geitskór, qui s’est chargé de parcourir les vastes étendues pour convaincre chaque colonie d’adhérer au principe d’un pouvoir centralisé.

 

Thingvellir02

Le premier parlement !

Le théâtre des rencontres entre les différents clans a été choisi : ce fut la plaine de Thingvellir, en bordure du lac. Là où se trouve une crevasse Almannagjá qui matérialise l’endroit où se rejoignent les plaques américaines et européennes.

Pourquoi cet endroit ? La légende dit que le propriétaire de l’endroit, Thórir Kroppinskeggur, jugé pour avoir tué son serviteur, a été privé de ses terrains, lesquels ont été utilisés pour que se tienne un Althing, c’est-à-dire une assemblée générale. C’était en l’an 930, et cette première assemblée est considérée comme l’acte fondateur de la nation islandaise. Et comme le premier parlement au monde ! Il se trouve que l’endroit s’est révélé parfait pour la tâche : les petites collines adossées à une paroi rocheuses ont aidé les orateurs à convaincre leur auditoire.

 

Thingvellir10
Thingvellir, la vue vers le sud et le lac Thingvallavatn

Plus de 300 ans

Cette manière de fonctionner a perduré de 930 à 1262, date à laquelle les Islandais ont prêté allégeance au roi de Norvège. Pendant 330 années, les fermiers de toute l’île ont convergé chaque été pour se retrouver à Thingvellir. Il ne fallait qu’une journée ou deux pour ceux qui venaient de l’ouest de l’Islande, mais les plus éloignés souffraient pendant un voyage éprouvant qui durait jusqu’à deux semaines, en traversant les montagnes, les champs de lave, les rivières.

Discussions au Lögberg

Le Lögberg était le point central des assemblées. Un orateur désigné tous les 3 ans, le law speaker, était chargé de réciter les lois, inlassablement. Toute personne qui venait assister aux assemblées était autorisée à prendre la parole. Mais la situation exacte du Lögberg a été perdue au final des années, bien que les discussions qui s’y sont tenues aient été racontées en long et en large dans les sagas islandaises. Les archéologues sont en désaccord. Certains assurent que l’assemblée se tenait sur la colline Hallurin en hauteur, d’autres sont persuadés qu’elle prenait place dans la faille Almannagjá. Il faudra attendre que des fouilles plus poussées soient conduites pour, peut-être, retrouver des indices convaincants.

 

« Althing in session », peinture de W.G. Collingwood, 19e siècle
« Althing in session in 930 AD », peinture de William Gersham Collingwood, 19e siècle
© photo principale : Frédéric Botton ; © autres photos : Frédéric Botton sauf « Althing in session in 930 AD », domaine public