Tjöruhúsið, la cuisine du fjord

Que du poisson au menu ne signifie pas une absence de choix, bien au contraire. Le principe du restaurant Tjöruhúsið est de proposer plusieurs manières de cuisinier le poisson. Autant vous le dire, c’est un petit bonheur pour les papilles…

La petite ville d’Isafjordur, dans le nord-ouest de l'Islande, est construite sur un banc de sable qui barre le fjord. De ce banc de sable, on pourrait se faire qu’il ne reste rien, que tout a été bétonné. Mais malgré la présence de hangars industriels, la ville a conservé un joli cachet avec des maisons aux façades colorées et la deuxième partie du banc de sable est restée presque vierge de constructions.

Pour trouver le restaurant, il faut suivre la route qui longe le fjord, puis entrer sur la presqu’île et progresser jusqu’à un parking. Le restaurant Tjöruhúsið se trouve dans une grande maison en bois, peinte en rouge avec un toit noir.

Réservation fortement recommandée

Le restaurant sert à midi et le soir. Je suis arrivé en début de soirée, sans appeler pour réserver. Ce n’est pas du tout une bonne idée, le restaurant est toujours plein à craquer. Il est toutefois possible de demander à la dernière minute.

En cas de réponse positive, il faut attendre 2 bonnes heures, de quoi se balader dans la ville et découvrir tous les objets anciens placés un peu partout. Du bois flottant ancestral, des sculptures, du matériel de pêcheur…

Le Sésame pour diner !

La salle accueille une cinquantaine de personnes sur de longues tables en bois qui favorisent la discussion. L’anglais est de rigueur, puisque toutes les nationalités se côtoient. J’étais en face d’un couple de néo-zélandais, et un couple de suisses allemands. Bonne ambiance assurée dans cette salle tout en bois !

Ne cherchez pas le menu ? Il n’y en a pas... et ce n'est pas un oubli !

Le principe du diner dans le restaurant Tjöruhúsið, c'est un buffet en libre-service. Avec pour débuter une soupe de poissons en entrée. Un fumet exquis, peut-être un petit peu trop poivrée – mais certainement pas pour masquer une absence de goût : cette soupe est délicieuse !

Découvertes…

Après la soupe, place à la découverte de plats à base de poissons. Lesquels ? Cela dépend des arrivages, les poissons sont pêchés dans la région et sont livrés sur les quais d’Isafjordur. Dans les grandes poêles, on peut trouver du flétan, de la lotte, de la truite brune, de la morue… Demandez, les cuisiniers vous renseignent avec plaisir...

Vous n’êtes pas très poisson ? Les 4 ou 5 manières de le cuisiner constituent d’excellents moyens de trouver des préparations qui vous plaisent. Il y le poisson grillé, qui conserve un arôme fort, celui à la crème plus velouté et au goût moins prononcé, la version aux légumes, ou encore le préparation aux champignons et citron. Et d'autres, selon les saisons et les arrivages.

Abondance

On se prend au jeu qui consiste à tout essayer, avec un peu d’accompagnement, salades et pommes de terre. On se sert autant que l’on veut, les poêlées se suivent sans discontinuer pendant tout le service. On ne demande pas de dessert… et il n’y en a d’ailleurs pas !

Le menu du midi est à 2500 couronnes (22 €), mais je ne l’ai pas expérimenté – ce n’est pas un buffet. Celui du soir est à volonté, pour 5000 couronnes (44 €). Ce n’est pas donné, mais l’expérience en vaut la peine !

Crédit photos  : Frédéric Botton et Isabelle Compoint