Un bain dans le cratère de Víti

Víti est un cratère situé dans un autre cratère ! Il se trouve sur le bord du lac d'Öskjuvatn, au centre de l’Islande, à quelques dizaines de kilomètres du glacier de Vatnajökull. L’endroit est composé de plusieurs caldeiras, c’est-à-dire des cratères de volcans qui composent la chaine de l’Askja. Le lac a été formé en 1875, lors d’une éruption majeure de l’Askja. Lequel est désormais calme, malgré un réveil timide en 1961.

Le cratère de Víti est un maar, c’est-à-dire le résultat de la brusque explosion d’une poche d’eau souterraine, poussée vers la surface par ébullition. Il se trouve sur le côté du lac d'Öskjuvatn, la crête du cratère se trouve à une cinquantaine de mètres du rivage à peine.

Mais alors que le lac affiche des couleurs bleues et vertes, l’eau au fond du Víti est blanche laiteuse. Un aspect qui est dû à la présence de silice. Mais il lui arrive de se colorer en bleu clair, en gris, selon la luminosité et les nuages...

 

blog-islande-viti-01

Comment y accéder ?

Depuis Reykjavik, ce n’est pas facile puisqu’il faut contourner le glacier du Vatnajökull, soit par l’ouest, soit par l’est. Attention, il est plus que recommandé d’y aller avec un véhicule 4x4 : il faut traverser plusieurs gués, qui sont plus ou moins faciles à emprunter selon l’époque de l’année et la fonte des neiges.

L’itinéraire le plus carrossable est celui qui part de la route n°1 à Vallanes, à l’est de l’Islande, sur la route 931, puis la 910. Elle passe sur la centrale hydroélectrique de Kárahnjúka, un grand barrage en béton qui a fait polémique lors de sa construction en 2009. Il vaut mieux passer rapidement, l’endroit est tout simplement moche ! La route 910 aboutit à un parking au milieu de nulle part.

 

blog-islande-viti-09

Petite randonnée

La route F894 continue vers le nord, puis oblique vers l’ouest en contournant la caldeira qui contient le lac d'Öskjuvatn. Elle se poursuit sur environ 7 kilomètres, que l’on parcourt à vitesse très réduite et s’achève sur un petit parking, appelé Vikraborgir. Le reste se parcourt à pied, en veillant à être bien chaussé : les chemins sont rocailleux, avec des pierres coupantes. Le cratère est à environ 2 kilomètres.

Le spectacle, quand on l’atteint, est somptueux : les pans du cratère plongent à pic vers la surface du lac laiteuse. Un tour de la crête est indispensable pour prendre la mesure de l’endroit. Il est vite fait : le diamètre du cratère est inférieur au kilomètre. Il faut ensuite descendre vers le lac de Víti, une balade d’un peu moins d’une heure. Ce n’est pas difficile, mais certains passages sont très glissants, d’autres se font dans les scories qui roulent sous les chaussures. La remontée est plus facile, bien que plus fatigante...

 

blog-islande-viti-04

Diableries…

Víti ? C’est un mot qui décrit l’enfer en islandais. Tout un programme. Est-ce qu’au fond du lac attendent de petits diables avec une fourche ? Pas du tout. L’eau est tiède ou chaude, selon les endroits, avec une température de 25° environ. Elle est opacifiée par la silice, et parfois colorée de brun par les coulées de terre qui descendent des falaises. La berge permet de se changer en se cachant derrière de grandes roches.

Une coquetterie qui permet de distinguer rapidement la provenance des touristes. Ceux du sud de l’Europe enfilent un maillot de bain, ceux du nord ne s’embarrassent pas de vêtement : ils se baignent nus et sans complexe. Le fond du lac est un peu glissant, exactement comme au Blue Lagoon : c’est la silice, là encore, qui est responsable.

 

blog-islande-viti-05

C’est dangereux ?

L’endroit n’est pas particulièrement dangereux, et le cratère n’a jamais surpris les baigneurs avec une brusque élévation de la température. Mais il convient d’être prudent, toujours, puisque le volcanisme dans la région est encore très actif, les fumerolles autour du lac d'Öskjuvatn en témoignent. Il faut se dire que l’endroit s’est formé il y à peine plus d’un siècle. Attention aussi aux mauvaises conditions météo qui rendent l’accès difficile, et notamment la remontée depuis le cratère assez pénible s’il pleut ou s’il neige.

Les éboulements ne sont pas rares, d’ailleurs un énorme glissement de terrain a eu lieu récemment, fort heureusement alors que personne ne se trouvait près du lac. Un pan de falaise du lac d'Öskjuvatn s’est écroulé, entrainant un gigantesque raz de marée qui a pénétré dans le cratère de Víti, augmentant sa hauteur de quelques mètres. Le niveau du lac semble désormais être revenu à la normale…

 

blog-islande-viti-06

© photo principale : Frédéric Botton ; © photos texte : Frédéric Botton, Ulrich Latzenhofer, Kjartan Pétur Sigurðsson